Aurélie NEMOURS

 

nemours_pict self

Aurelie Nemours s’inscrit en 1921 à l’école du Louvre pour étudier les arts égyptien et byzantin.

Elle choisit de s’inscrire, en 1941, à l’académie d’André Lhote. Parallèlement, elle travaille le modèle vivant chez elle et découvre dans le corps le rythme qui la pousse à peindre. Dès 1945, elle commence à écrire de la poésie.

1937 : Elle s’inscrit à l’atelier du graphiste Paul Colin

1941 : Elle s’inscrit à l’Académie d’André Lhote.

1946 : Elle expose pour la première fois au Salon d’art sacré (elle y expose jusqu’en 1979) et se passionne pour le vitrail.

1953 : Première exposition personnelle, chez Colette Allendy, grâce à Michel Seuphor qui préface son catalogue et lui fait découvrir Mondrian.

Elle fréquente l’atelier de Fernand Léger en 1948.1950-1951.

1957 : Elle adhère au groupe “ESPACE” créé par André Bloc.

1959 : Elle rencontreGottfried Honegger, qui est l’un de ses premiers collectionneurs.

1961: première exposition personnelle à Londres.

1965-1970: Le carré devient le format essentiel de son œuvre.

1976-1977: Elle crée Sériels, Rythme du millimètre et Point pluriel dans lesquels elle explore la vibration du noir et blanc. Ce travail se retrouve dans sa série Structure du silence.

1988 : Début des séries Polychrome, monochrome, quatuor et Colonne.

1989 : Aurelie Nemours présente près de Stuttgart le Long chemin, série de 64 toiles carrées monochromes, rouges, bleues, jaunes, blanches et noires alignées sur plus de 50 mètres.

1990 : Musée des beaux-arts de Mulhouse, collections privées d’Art contemporain (avec Adami, Atlan, Jean-Michel Basquiat, Gaston Chaissac, Charchoune, Clave, Olivier Debré, Goetz, Lanskoy, Alkis Pierrakos, Pignon, Martial Raysse, Schneider, Wesselman…)

1991 : série Nombre et hasard.

1998 : Elle conçoit les vitraux du Prieuré Notre-Dame de Salagon, à Mane (Alpes-de-Haute-Provence). (MUSEE DE SALAGON, Musée départemental ethnologique – Alpes de Haute-Provence – 04)

2001 : Un prix Aurelie Nemours a été créé par l’artiste. Elle s’est arrêtée de peindre en 2002.

2004 : Le centre Georges-Pompidou, à Paris, propose une rétrospective de son œuvre sous le titre «Rythme, nombre, couleur».

2005 :  La Ville de Rennes investit 1,6 million d’euros dans son œuvre post-mortem : “Alignement du XXIe siècle” (“soixante-douze colonnes de granit gris clair, hautes de 4,50 mètres et placées à intervalles réguliers”).

2005 : Décès d’Aurélie Nemours

 

 

Aurélie NEMOURS collection ›